Les lendemains prometteurs de la communication extérieure

Les médias se fragmentent, le consommateur morcelle son “temps de cerveau disponible” et demande plus d’échange, plus de ludicité, mais rassurez-vous annonceurs, la communication extérieure peut sauver la donne : elle, au moins, développe ses implantations et son efficacité. Plus exposée, plus innovante et plus interactive : c’est ce qui ressort, en substance, du Document de Référence 2007 édité par JC Decaux.

La communication extérieure, “seul média de masse” ?

Le document en question comporte un passage instructif sur le contexte de la publicité média et sur les innovations en matière de communication extérieure. Avec une audience urbaine optimiste, qui promet 60% de la population mondiale aux villes en 2060, a priori, le marché de la communication extérieure ne craint pas la crise malgré les réductions d’espaces imposées dans certaines métropoles, à l’image de Paris.

JC Decaux explique, chiffres à l’appui, que la mobilité des individus et “la fragmentation croissante de l’offre des médias présents à la maison” bénéficient logiquement à la communication extérieure. Webradios, Presse gratuite ou thématique, Télévision Numérique Terrestre, Internet mobile : les audiences tendent en effet à devenir multitâches mais aussi à réduire leur sédentarité, donc à être plus exposées en extérieur, terrain de prédilection des afficheurs urbains.

“Dans ce contexte, la communication extérieure demeure le seul média de masse, difficilement contournable par les annonceurs. Cette situation devrait permettre à la communication extérieure de continuer à croître plus rapidement que les grands médias traditionnels”, conclut JC Decaux.

Une série de solutions innovantes

Définir la communication extérieure comme le seul média de masse me paraît prétentieux, mais les promesses du canal sont séduisantes. Pour lutter contre la routine des supports et la réduction naturelle de l’impact des messages publicitaires, les afficheurs innovent.

À titre d’exemple, avec une régie prometteuse telle que OxiaLive, je peux vous dire que la communication extérieure nous réserve de belles surprises : chez OxiaLive, ça se concrétise notamment par l’implantation des panneaux numériques à LEDs. Les avantages sont nombreux, de la modernité à l’interactivité en passant par la responsabilité environnementale.

Les autres afficheurs ne sont pas en reste, en témoignent les concepts développés par JC Decaux au Royaume-Uni, en France ou aux USA. Entre autres, des campagnes interactives permettant aux mobinautes d’interagir avec les affiches, la possibilité de sélectionner le contenu publicitaire (self-personnalisation en quelque sorte), mieux la mutation des parois d’abribus en véritables catalogues virtuels. “Le procédé consiste à transformer un abribus en une véritable vitrine extérieure où sont exposés les produits d’un annonceur, comme dans un magasin”. Autrement dit, du wait-marketing interactif pour une immersion complète dans l’univers de la marque.

Jour après jour, la ville digitale (ou 2.0, c’est vous qui voyez) se dessine. Encore faut-il que les annonceurs s’inscrivent dans le mouvement.